top of page
Qu’est-ce qu’une allergie croisée ?

Il n’est pas rare que les personnes souffrant d’une allergie aux pollens, soient également confrontées à une sensibilité à certains aliments. En cas d’allergie croisée ou de réaction croisée, le système immunitaire réagit à deux substances différentes, ayant des structures très similaires. Ainsi, par exemple, il est fort possible que le système de défense réagisse non seulement de manière excessive au pollen d’armoise, mais qu’une réaction allergique apparaisse également après avoir mangé du céleri, des tomates ou des poivrons.

Les allergies croisées sont parmi les allergies alimentaires les plus fréquentes chez les adultes. Elles sont particulièrement fréquentes chez les personnes allergiques qui réagissent aux arbres à floraison précoce, tels le noisetier, l’aulne et le bouleau. Étant donné qu’elles sont souvent associées à une allergie aux pollens, elles sont parfois aussi appelées allergies alimentaires associées aux pollens.

Quels aliments déclenchent les allergies croisées ?

De nombreuses variétés de fruits et de légumes, de fruits à coque, de légumineuses et de céréales peuvent provoquer des allergies croisées. En règle générale : plus l’aliment est naturel (non transformé), plus le risque qu’il déclenche une réaction allergique est grand.

À quels symptômes reconnaît-on une allergie croisée ?

Une allergie croisée s’exprime en règle générale par des symptômes topiques limités, lesquels apparaissent entre quelques minutes et deux heures après l’ingestion de certains aliments. Les signes typiques d’une allergie alimentaire sont :

  • gonflements et cloques sur la muqueuse buccale (syndrome allergique oral)

  • démangeaisons des lèvres, de la langue, du palais, des oreilles et du larynx

  • gonflements, rougeurs et gourmes sur la peau

  • urticaire

  • asthme allergique

  • rhinorrhée, envie d’éternuer

  • inflammations de la conjonctive

Quand apparaissent les symptômes d’une allergie croisée ?

Dans quelques cas, les symptômes d’une allergie croisée apparaissent uniquement lorsque l’allergie par inhalation atteint elle aussi des sommets. En automne et en hiver, les aliments concernés peuvent à nouveau être consommés sans soucis. Dans d’autres cas, l’intolérance persiste toute l’année durant.

Comment traiter une allergie croisée ?

Dans le cas des allergies alimentaires, une « période de latence » (au cours de laquelle l’exposition à l’allergène présumé est évitée) permet aussi d’empêcher qu’une réaction allergique se déclenche. Si vous connaissez l’aliment qui déclenche la réaction, il convient de l’éviter. Dans le cas des légumes, il suffit parfois de les cuire, au lieu de les manger crus.

Les signes aigus d’une allergie croisée sont traités de manière symptomatique – à l’instar des autres allergies – afin de soulager les symptômes. À cet effet, différents produits sont disponibles en vente libre pour lutter contre l’écoulement nasal, dont les antihistaminiques ou les pommades nasales, ainsi que les douches nasales, par exemple. 

Pour une amélioration durable, seule une désensibilisation ou une immunothérapie allergique est à prendre en considération. Celle-ci combat les causes de l’allergie.
 

bottom of page